Oh ! On nous ment !

Cette retouche m’a permis l’ amélioration d’une photo papier partiellement dégradée.
Scan puis retouche :
adeline--crayon2bois-com
Photoshop fut ici un joli outil

Mais Photoshop sait également trahir la réalité :

photo originelle
lola1-crayon2bois-com

Restitution finale
lola2-crayon2bois-com
N’oubliez jamais que les images que vous voyez sur Internet sont potentiellement un mensonge ou une sublimation de la réalité.

La vie est moins colorée, vraiment : )

2 réflexions au sujet de « Trahison »

  1. Photoshop pour la restauration, c’est le must. Il faut savoir s’en servir (comme toi) pour qu’on ne voit pas la restauration (sinon autant laisser le document dans son jus). Tout n’est qu’une histoire de patience et de de précision (17 ans de restauration de photos anciennes, je connais bien le sujet).

    Quant à l’amélioration d’une photo pour un rendu irréel, pour moi c’est non ! La photo est réussie ou pas. Ok pour déboucher les tons foncés et récupérer un contraste. Avec le logiciel LightRoom (que je ne maîtrise pas) on arrive à transformer une ville grise en DisneyLand (eurk).

    Comme tu dis « …les images sur internet sont potentiellement un mensonge… », si il n’y avait que sur internet, la presse et les magazines sont les champions de la réalité sublimée. Et on en cause des filtres Instagram qui rajeunissent, lissent la peau, réalisent un effet « macro » sur une plage bondée ? Alors là, même pas besoin de savoir maîtriser un APN et Photoshop !

    Par contre, tu peux vendre ta seconde photo de bord de mer pour faire des cartes postales ;D

    1. Merci pour ton joli développement katjam, je te rejoins sur ton premier point de restauration et te remercie pour la carte postale à envisager :)

      Pour le reste, autant nous servir de tous les outils actuels et à venir dans la création visuelle d’un monde différent, avec les sensibilités de tout un chacun.
      Untel verra noir, le voisin s’orientera vers le blanc, sans omettre toutes les nuances de gris des autres intervenants plus ou moins habiles techniquement sur un visuel.
      Que l’on sache que la photo numérique est fragilisable à souhait n’est plus un scoop, le spectateur voudra toujours plus.
      Plussss de couleurs virtuelles, plusssss de flou artificiel et de filtres divers, plussss de surprises à liker en fin de compte.
      Les images des photographes puristes des années argentiques sont à présent dans les livres d’histoire.
      Il restera pour LE photographe doué sa technique et surtout son oeil qui le distingueront des filtres modernes qui ne font que trahir une médiocrité évidente.
      N’est pas photographe celui qui achète un appareil photo.
      Révoltons-nous :D

Laisser un commentaire