12 février 2014.
Livreur Chronopost qui sonne à 11 h00.
Je reçois le colis, je signe.
Ça y est, j’ai mon joli appareil photo tant attendu !
Il est tout l’inverse de mes boitiers actuels :
Très petit avec un côté vintage, il possède un objectif fixe de 35 mm, se glisse dans une poche…et il ouvre à f:2, ce petit japonais.
Un Fuji X-100s ! :)
x100s
Trop fier, je le porte autour du cou, grâce à (et malgré) sa lanière d’origine un peu pourrave.
Qu’il est beau !
Je ne le quitte plus, il devient MON boitier Number One.

Le pote – « Un appareil photo sans zoom ?  L’objectif n’est pas interchangeable ? Juste un 35 mm ? Tu vas faire quoi avec ??? »
Moi – « Des photos de rue »
Le pote – « Et ton D3x pro avec tes objectifs de malade, tes flashes, tes trucs tout ça…tu les revends ? »
Moi – « Bah non, surtout pas »
Le pote – « Les photos de rues, tu ne peux pas les faire avec ton appareil de ouf  ? »

Bah si, je pourrais.
Y’a plein d’excellents photographes de rue qui prennent des scènes cocasses, tristes ou autres, des types qui sentent la rue, qui voient les trucs, qui anticipent et qui offrent des visuels magnifiques, oui je pourrais faire ces photos avec mon Nikon.
Avec mon matériel de ouf, comme dit le pote, techniquement oui.
Mais tenant un boitier de 2 kilos et des objectifs pro t’es plus un photographe de rue, pour les gens de la rue t’es perçu comme un journaliste > T’ agresses les gens.

Le photographe de rue est une espèce de touriste qui déclenche les scènes sans se faire remarquer.
Il voit, il prend en photo ; les personnes photographiées ne composent pas pour lui :
La photo de rue DOIT être très naturelle, comme un témoignage de la vie quotidienne dans la rue.

J’ai donc reçu mon boitier vintage et, sans même lire le mode d’emploi mais après avoir chargé la batterie nippone je me suis lancé dans Paris pour mes premières photos de rue.

GROSSE ERREUR, il faut toujours lire et relire le manuel en .pdf avant de se jeter dans la gueule du parisien si t’es à Paris ou du malien si t’es à Montreuil, bref il faut savoir ce que le boitier a dans le ventre avant de consulter les résultats de l’autopsie de son propre échec.

J’ai beau connaître par cœur le menu de n’importe quel reflex Nikon, fut-il pro ou amateur, me voici fort dépourvu lorsque je dois déclencher ma première photo avec ce petit Fuji  X100s et sa visée « Leica » télémétrique :
Tu regardes dans le viseur et tu y vois une image qui ne sera PAS celle que tu prends.
Non sans dèc’ !
Chouette y’a un petit cadre informatique intégré dans le viseur qui m’aide, je déclenche… C’est pas bon, tout est décalé à la lecture de l’image prise.
Pow Pow Pow tu te dis que c’est un appareil de merde.

Je touche à tous les boutons.
La touche Menu est d’une complexité totale.
Sur mon Nikon, et pour avoir donné des cours photo à des personnes qui possédaient le rival Canon, je m’en sortais avec la logique de mon époque.
Là c’est mort, je me sens démuni.
C’est plus de la photo, c’est du software chiadé, des sous-menus qui renvoient sur des sous-sous-menus mal traduits et j’en viens à détester les fabricants japonais et leurs fournisseurs chinois.
Je me sens un vrai vieux con, telle est la réalité.
Je grommelle et peste, ça me fait passer le temps.
Un photographe à la rue.

12 février 2014 – 17h00
Je suis à Paris et vais dans un bar-tabac, je me paye le luxe d’un paquet de clopes à 7 euros.
Putain…7 euros le paquet, quand même !
Ne fumez jamais.
Je ressors.

Empruntant la terrasse pour quitter l’établissement je vois une dame âgée, blafarde, installée, que dis-je, vissée sur un siège de consommation.
Elle a une gueule (en terme de photographe c’est un très beau portrait à venir) et j’ose lui quémander une photo.
Je me présente comme étant un pauvre type qui découvre son appareil et qui aimerait faire une photo, en ce sens je n’ai pas menti.
Cette dame me sourit, acquiesce et répond dans une gentillesse extrême :
–  « La photo d’une vielle parisienne, donc ».

Elle pose sans poser, regarde mon appareil, le fixe.
De ma part un sourire, un regard, un merci et je shoote.

La photo est nulle parce que je n’ai que le bas de son visage, putain d’asiatiques et leur visée télémétrique copiée sur les teutons !

Je reprends une photo.
Là je n’ai que le haut, j’ai mal corrigé.
Merde de merde de merde !
L’avantage de ce boitier est qu’il ne fait aucun bruit quand il déclenche… Je fais donc 5 ou 6 photos en corrigeant manuellement l’orientation de l’objectif, au fur et à mesure.
Au hasard.
Au petit bonheur la chance…
La vieille dame ne perd jamais patience, me dit juste, en mode moderne qui a l’habitude :
– « le flash n’a pas déclenché ».

Et pour cause, je voulais une photo sans flash, c’est la seule option que j’ai réussi à activer dans le Menu.
Dans cette série ratée, il en est une qui me parait plus réussie que les autres.
C’est pas de la photo de rue spontanée, c’est du pitoyable singe qui se raccroche aux arbres.
Je remercie cette dame, cette vieille parisienne dans sa propre présentation.

De retour à la maison, sur PC j’analyse les photos prises.
Mon boitier a un potentiel de 16 millions de Pixels, en somme une image très honorable, et les portraits de cette dame âgée indiquent des photos à 4 millions de pixels, je me suis totalement …planté dans les réglages.

Je bidouille sous Photoshop pour tenter l’impossible.
Peine perdue j’ai raté son visuel, mais sa présence exceptionnelle offre bien plus qu’un simple portrait.
Merci Madame.

…et elle n’aura jamais compris pourquoi mon flash ne s’est pas déclenché.

vieille_parisienne_trub_abeyatss
Photo prise dans l’est de Paris – secteur Bastille-Nation-République.
J’aimerais retrouver cette personne pour lui adresser ce portrait, merci de partager :)

9 réflexions au sujet de « Connaître son appareil photo »

  1. Tu voulais un stigomètre sur un APN ? bobo ! tu te prends pour HCB… ;-) Tout cela ne vaut pas une bonne paire de fesses …. on a eu les mêmes lectures

  2. Il ne faut pas se décourager… L’attente est parfois longue. Êtes vous retourné à l’endroit où vous l’avez prise ? Le personnel du café pourrait peut-être vous renseigner ? Dites-moi si vous la retrouvez …

    1. Hello, merci pour ton passage :)
      Je m’étais baladé ici et là sans me rappeler l’endroit exact, du coup difficile de resituer le troquet.
      … et j’habite à présent en Espagne !
      Mais si par bonheur ma requête aboutit, je ferai une annonce, promis.

Laisser un commentaire